Les oiseaux de nos contrées

Avec l’arrivée du printemps, les chants des passereaux résonnent dans les forêts. Si vous habitez à la campagne, vous entendrez sûrement un rouge-gorge ou un merle noir chantonner le matin.

Différents types d’oiseaux vivent dans nos contrées, certains migrent en hiver mais ce phénomène est atténué et nous y reviendrons plus tard.

Cette liste d’oiseaux de notre région est non exhaustive et seuls les oiseaux les plus fréquents seront présentés.

Les Mésanges

Ce sont des passereaux, vivant dans les zones boisées, se répartissant de l’ouest de l’Europe jusqu’à l’Est de l’Asie. Elles sont insectivores mais se nourrissent de graines l’hiver.

La mésange charbonnière

La mésange charbonnière est la plus commune, reconnaissable à sa tête noire. C’est la plus grande des mésanges. Elle vit dans les zones boisées, humides et n’a pas peur de vivre près des hommes.


La mésange bleue

La mésange bleue est reconnaissable à son béret bleu, cependant elle est assez ordinaire, vit comme sa compère dans les forêts et est habituée à la présence de  l’homme.

La mésange nonnette

La mésange nonnette est une espèce légèrement plus rare, mais que l’on aperçoit de temps à autre. Avec sa tête noire, elle se fond dans le décor, mais comme les autres mésanges, vit dans les bois.

Le rouge-gorge familier

Une espèce plus agressive que les mésanges, que l’on voit rarement en communauté, et qui ne mange pas volontiers des graines, mais qui reste insectivore même en hiver.

Le pinson des arbres

Aisément reconnaissable grâce à son plastron de plumes rouges, le pinson est un oiseau habituel de nos latitudes. Insectivore en temps normal, il se contentera de graines l’hiver venu.

Le merle noir

Toujours vêtu de noir, le merle est un passereau plus corpulent que les autres espèces. Avec son petit bec jaune, il sifflote au crépuscule une joyeuse mélodie.

Le héron cendré

De la famille des échassiers, le héron est un oiseau commun dont le milieu naturel est les zones humides. Ses repas sont constitués de poissons le plus souvent, mais il ne rechigne pas à manger des petits mammifères voir même des reptiles. Il est assez fréquent d’en voir à Melun, dans les champs et au bord de la Seine.

Les oiseaux migrateurs

L’hirondelle rustique

Un des oiseaux les plus emblématiques de nos contrées, qui annonce l’arrivée du printemps. Suite à une migration en Afrique, elle revient vers le mois de mars.

Le martinet

Le martinet, autre oiseau migrateur, est bien plus rare que l’hirondelle, mais pourtant aussi intéressant. Il est entièrement sombre et se pose très peu souvent au sol, ce qui rend son observation difficile.

Des espèces en déclin

Depuis quelques années, les mangeoires accueillent de moins en moins d’oiseaux. En effet, un constat alarme de plus en plus : un tiers des populations aviaires aurait disparu du sol français. Les principales causes ont pour origine l’activité humaine et l’agriculture intensive. En effet, l’utilisation des pesticides ne fait que trop bien son travail et, ainsi, on assiste à un déclin massif des insectes, principale source dans l’alimentation de nos oiseaux. La plupart des espèces granivores passent par un stade insectivore au début de leur vie.

Les oiseaux des campagnes françaises sont en déclin, et pour identifier les zones de déclin et recenser les oiseaux, une application de science participative, Birdlab, a été créée par le Muséum national d’histoire naturelle est est en ligne depuis 2014.

Joachim & Milhane